Groupe transversal : Ville, tourisme, transport et territoire

Présentation du projet de recherche

Le groupe est créé en 2011 à l’université Paris Est en lien avec la constitution d’un Cluster Tourisme sur le pôle de Marne-la-Vallée et le démarrage du Labex Futurs Urbains.

Il est composé d’une équipe transversale de chercheur-e-s issu-e-s de différentes disciplines (économie, sociologie, géographie, aménagement-urbanisme, histoire, architecture) représentant plusieurs laboratoires ACP,  IPRAUS-AUSser, Lab’Urba,  LVMT au sein de la COMUE Paris Est. En savoir plus

Correspondant-e-s du Groupe Transversal

Contact

Marie DELAPLACE

UPEM - LAB'URBA

Marie.Delaplace@univ-mlv.fr

Contact

Nacima BARON-YELLES

UPEM - LVMT

nacima.baron-yelles@laposte.net

Contact

Pierre-Olaf SCHUT

UPEM - ACP

po.schut@u-pem.fr

Chercheurs participant au projet

Des chercheurs en provenance des équipes de recherche du LABEX ou extérieures au LABEX  et ayant des champs disciplinaires transversaux participent activement aux activités scientifiques du groupe transversal. En savoir plus

Activités scientifiques du Groupe Transversal

Les séminaires

Dans le cadre de leurs activités, les chercheurs du groupe transversal organisent des évènements scientifiques (séminaires, colloques internationaux ou journées d'étude) durant lesquels sont invités des chercheurs du LABEX et des personnalités extérieures. En savoir plus

Vient de paraître : "Touristes et habitants. Conflits, complémentarités et arrangements"

Marie Delaplace et Gwendal Simon explore, ici, les enjeux de la coprésence des touristes et des habitants dans les territoires soumis à l'incidence croissante du tourisme. A partir d'une lecture en termes d'économie résidentielle et touristique, Marie Delaplace souligne la possible complémentarité entre tourisme et économie productive, et entre touristes et habitants. Gwendal Simon plaide pour une approche critique de la catégorisation "touriste et habitant" en soulignant la variété des situations d'entre-deux et des formes de conflits. Il conclut sur la nécessité de politique dédiées à l'ensemble des usagers d'un territoire, permanents comme occasionnels.