Présentation du projet


Face au caractère aujourd’hui fragmentaire des publications historiographiques sur le Grand Paris et au peu de considération accordé à l’histoire dans les projets métropolitains actuels, le projet « Inventer le Grand Paris » a vocation à élaborer une histoire croisée du Grand Paris. Croisée, car l'histoire du Grand Paris suppose pour la saisir, d'adopter une diversité d'approches permettant de comprendre de concert les dynamiques à l'œuvre de la métropole (métabolisme, morphologie, infrastructures, paysage, architecture, planification, institutions, sociologie, etc). Par ailleurs, cette histoire s'inscrit au XXème siècle, dans un mouvement d'internationalisation des idées et des pratiques qui nécessite de comprendre l'aménagement des autres métropoles mondiales et les liens qu'elles ont noués avec le Grand Paris.

Le projet a pris forme en 2012, à l’initiative d’un groupe d’enseignants-chercheurs issus d’écoles d’architecture, de paysage, d’urbanisme et de laboratoires de sciences humaines et sociales, autour du centenaire du rapport de la Commission d’extension de Paris, établi en 1913 par Louis Bonnier et Marcel Poëte. Jouant sur des opportunités calendaires, quatre colloques internationaux ont été organisés de 2013 à 2016, revenant sur les moments cristallisés par les plans d’aménagement qui, au XXème siècle, ont pu faire date dans l’appréhension du Grand Paris et des rapports Paris-Banlieue.

Ouvert au printemps 2017, le site internet www.inventerlegrandparis.fr marque la volonté de pérenniser l’action entreprise tout en la prolongeant. Site d’édition des travaux réalisés, il constitue un lieu d’accueil pour des recherches futures et la mise à disposition de matériaux et d’outils de recherche, toujours dans une perspective internationale croisée. Dans ce cadre, le collectif a vocation à élargir ses travaux à une communauté scientifique nationale et internationale intéressée à l’histoire métropolitaine. Installé en septembre 2017, le Groupe Transversal « Inventer le Grand Paris » du Labex Futurs Urbains, partenaire historique du projet de recherche, se fonde sur les travaux du collectif et poursuit désormais un triple objectif :

Le premier objectif est de contribuer à la gouvernance métropolitaine en produisant un référentiel historique fondé sur une sélection scientifique rigoureuse et problématisée. Les acteurs du Grand Paris d’aujourd’hui ont besoin d’éclairages, de repères et de récits qui leur permettent de constituer leur diagnostic. Le développement du site « Inventer le Grand Paris » permettra la production de ce référentiel et préfigurera une « exposition virtuelle » du Grand Paris qui mettra notamment en perspective les recherches inventoriées ainsi que les corpus relatifs aux plans d’aménagement.

Le deuxième objectif est de renouveler les questions scientifiques liées à l’histoire croisée des métropoles et du Grand Paris. Le bilan des colloques qui sera conforté a mis en évidence des problématiques transversales qui travaillent les moments de l’histoire du XXème siècle et dialoguent avec l’actualité du futur métropolitain. Ainsi en est-il de l’efficace des plans, de la maîtrise foncière, du devenir de la Zone, des notions de frontière/limite et de ceinture verte, de la place de l’économie dans l’aménagement, de la culture visuelle ou de la perspective transnationale qui, comme les colloques l’ont montré, a parcouru de manière continue les échanges d’idées, d’experts et de doctrines autour des plans.

Le troisième objectif est de constituer un corpus de fonds associé aux problématiques de recherche développées, et accessible sur le site par voie directe (documents) ou indirecte (liens). Sans prétendre se substituer à la mission des archivistes, il s’agit ici de contribuer à la constitution d’une « archive du Grand Paris » à partir des questions scientifiques posées par le programme de recherche, et permettant l’identification, la délimitation et la localisation des strates d’archives afférentes.  L’intérêt est ici à la fois pratique et épistémologique pour aider d’une part à la constitution de l’archive d’une grande métropole dont les sources et les fonds sont éparpillés et fragmentés (voire menacés par une possible disparition ou dilution), et comprendre d’autre part comment la métropole se forme comme palimpseste d’une mémoire plurielle qui la constitue elle même comme archive.

Dans cette perspective, le projet scientifique du groupe transversal se construit autour de plusieurs axes de travail :

  • Un séminaire de recherche bimestriel, complété d’une ou deux journées d’études par an.
  • Des chantiers de recherche pris en charge par des équipes dédiées.
  • Un projet éditorial visant à construire un centre de ressources sur l’histoire du Grand Paris.
  • Un corpus (y compris iconographique) au service de la recherche.